CLIENT INSPIRED. COVID INFORMED.

Access our COVID-19 HUB for up-to-date information on economic support measures to help Canadians and businesses through the COVID-19 outbreak.

2021 Federal Budget Tax Highlights

(Version française à suivre)

Budget 2021’s tax measures provide COVID-19 and recovery benefits for Canadians and Canadian businesses

On April 19, 2021, the Honourable Chrystia Freeland tabled her first budget as federal Minister of Finance. Previously, the federal government had predicted a deficit for 2020-21 of $381.6 billion, but this amount was revised down to $354.2 billion. Today’s budget predicts the deficit for 2021-22 will be $154.7 billion.

As expected, no changes were made to tax rates generally, although some new taxes have been proposed. Some of the key tax changes announced today, which take effect on varying dates, are summarized below.

Please refer to the Department of Finance Canada’s budget documents for all details of the changes highlighted.

COVID-19 support and economic recovery measures

Subsidy programs extended and adjusted — A number of changes have been proposed for the Canada Emergency Wage Subsidy (CEWS), Canada Emergency Rent Subsidy (CERS) and Lockdown Support programs. These include:

  • extending the programs to September 25, 2021 (from June 6, 2021)
  • gradually phasing out the rates in the CEWS and CERS programs
  • requiring employers to have a revenue decline of more than 10 per cent to qualify, beginning on July 4, 2021
  • continuing to make the CEWS available for eligible furloughed employees until August 28, 2021
  • adding a business acquisition rule to the CERS, similar to the CEWS rule

Canada Recovery Hiring Program (CRHP) proposed — As an alternative to the CEWS and to encourage hiring, certain employers will be allowed to claim an amount under the proposed CRHP for six periods between June 6 and November 20, 2021. Key features of the program are:

  • Eligible employers would include Canadian-controlled private corporations (CCPCs), individuals, non-profit organizations, registered charities and certain partnerships.
  • The subsidy would apply to incremental remuneration increases at the rate of 50 per cent for the first three periods, declining for the final three periods to 40 per cent, 30 per cent and 20 per cent, respectively.
  • Eligible weekly remuneration is limited to $1,129 per eligible employee.
  • The CEWS revenue decline test would apply to determine qualification, along with other conditions.

New immediate expensing deduction — A newly proposed rule would allow CCPCs to immediately expense certain capital expenditures, effective for property acquired after April 19, 2021 and put into use before 2024. The deduction is limited to $1.5 million per year, and this limit must be shared by associated corporations.

Taxation of COVID-19 benefits — The budget proposes to allow individuals to claim COVID-19 benefit repayments as a deduction in either the year they received the benefit or the year they repaid it. Where a return has already been filed, the recipient can ask the Canada Revenue Agency (CRA) to adjust their return. This option would be available for benefit amounts repaid at any time before 2023.

Other corporate and business tax changes

Rate reduction for zero-emission technology manufacturers — Under this proposal, corporations will be able to apply reduced tax rates on eligible zero-emission technology manufacturing and processing income of 7.5 per cent for corporations generally and 4.5 per cent for corporations eligible for the small business deduction. The reduced rates would apply for taxation years that begin after 2021 and will be gradually phased out starting in 2029.

Capital Cost Allowance (CCA) for clean energy equipment — The CCA rules for Classes 43.1 and 43.2 will be broadened to include new types of expenditures, and the eligibility criteria will be adjusted.

Interest deductibility restrictions — For corporations, trusts, partnerships and branches, the budget proposes to restrict the deduction of interest expenses to earnings before interest, taxes, depreciation and amortization (EBITDA) determined on a tax basis. The maximum deduction will be limited to 40 per cent of EBITDA for taxation years beginning on or after January 1, 2023 but before January 1, 2024, and to 30 per cent for later years. Exemptions apply for CCPCs/associated groups with taxable capital of less than $15 million and for groups of corporations and trusts with an aggregate net interest expense of $250,000 or less.

Transfer pricing consultation — The government announced plans to launch a consultation on transfer pricing with a view to protecting the integrity of Canada’s tax base while preserving Canada’s attractiveness for new investment and business activity.

Personal tax changes

In addition to the change described above for COVID-19 benefit repayments, additional proposed personal tax changes include:

  • changes to the requirements for the disability tax credit that appear to provide more clarity on certain aspects of the credit
  • expanding the travel component of the Northern Residents Deductions
  • adding postdoctoral fellowship income to earned income for purposes of Registered Retirement Savings Plans
  • expanding the Canada Workers Benefit by increasing phase-out thresholds and phase-in rates, and by adding an exemption for secondary income earners

GST/HST and other indirect tax changes

Application of GST to e-commerce — The federal government confirmed that proposals to apply the GST/HST to certain e-commerce transactions will go forward on July 1, 2021. Additional proposed changes were announced in the budget that respond to comments made by stakeholders, including CPA Canada. Key proposed amendments include:

  • a safe harbour rule to help protect e-platform operators that are acting in good faith or are provided with false or misleading information by a third party
  • an amendment clarifying that suppliers registered for the GST/HST under the simplified framework are eligible to deduct amounts for bad debts and certain provincial HST point-of-sale rebates
  • zero-rated supplies will not be counted in determining the $30,000 threshold for registration
  • where the affected businesses and platform operators can show that they have taken reasonable measures but are unable to meet their new obligations for operational reasons, the CRA will take a practical approach to compliance and exercise discretion in administering these measures for the first year

Documenting input tax credits (ITCs) — Under the GST rules, information and documentation requirements apply for registrants that are eligible to claim input tax credits. The requirements increase on a graduated basis, based on a threshold of $30 or $150. The budget proposes to increase these thresholds to $100 and $500 respectively, effective April 20, 2021, and to allow billing agents to be treated as intermediaries for the purposes of these rules.

Digital services tax — The government reaffirmed its intention to implement a three per cent digital services tax for large businesses on January 1, 2022, which will apply until an acceptable multilateral approach comes into effect.

Tax on vacant residential properties — The government has announced its intention to implement an annual one per cent tax on the value of non-resident, non-Canadian owned residential real estate that is considered to be vacant or underused, effective January 1, 2022. The tax would require all owners, other than Canadian citizens or permanent residents of Canada, to file a declaration as to the property’s current use, with significant penalties for failure to file.

Tax on luxury goods — The budget proposes to introduce a luxury tax on certain items, effective on January 1, 2022. For vehicles and aircraft priced over $100,000, the tax would be the lesser of 10 per cent of the full value of the vehicle or the aircraft, or 20 per cent of the value above $100,000. For boats priced over $250,000, the tax would be the lesser of 10 per cent of the full value of the boat, or 20 per cent of the value above $250,000. Exemptions are available and more details will be announced.

Other indirect tax changes — The budget also proposes a number of other changes on issues. These include:

  • adjusting the conditions for the GST New Housing Rebate
  • increasing excise duties on tobacco
  • implementing excise duties on vaping products
  • amending the Customs Act to improve the collection of duties and taxes on imported goods

Tax administration changes

Anti-avoidance changes — The federal government announced several proposed initiatives related to anti-avoidance. These include:

  • expanding existing mandatory disclosure rules and introducing new rules, including requirements to report notifiable transactions and uncertain tax treatments, subject to a consultation that closes on September 3, 2021
  • introducing anti-avoidance rules for plans that attempt to frustrate the CRA’s ability to collect tax debts, with effect as of April 20, 2021
  • reviewing the general anti-avoidance rule, as the government has previously announced
  • introducing new rules to address cross-border hybrid mismatch arrangements, with effect in stages starting July 1, 2022

Other proposed tax administration changes — Other proposed changes to Canada’s tax administration in this budget include:

  • eliminating the requirement for handwritten signatures on certain forms
  • allowing issuers of information returns, such as T4As and T5s, to issue income slips electronically without a paper form
  • reducing the thresholds at which electronic filing for certain returns and forms is required
  • requiring most corporations and GST registrants to file GST/HST returns electronically
  • providing the CRA with more resources for a variety of initiatives, including combating aggressive tax planning, protecting taxpayers’ privacy and modernizing its services


Mesures fiscales du budget fédéral de 2021

Le budget de 2021 propose des mesures de relance post-pandémie pour les particuliers et les entreprises du Canada

Le 19 avril 2021, l’honorable Chrystia Freeland, ministre fédérale des Finances, a déposé son premier budget. Le déficit, que le gouvernement avait auparavant estimé à 381,6 milliards de dollars pour 2020-2021, a été ramené à 354,2 milliards de dollars. Le budget déposé aujourd’hui prévoit que le déficit de 2021-2022 s’élèvera à 154,7 milliards de dollars.

Comme prévu, aucun changement n’a été apporté aux taux d’impôt en général, mais de nouveaux impôts sont proposés. Vous trouverez ci-après les principaux changements annoncés, qui prendront effet à différentes dates. Veuillez vous reporter aux documents budgétaires publiés par le ministère des Finances du Canada pour en connaître les détails.

Mesures de soutien liées à la COVID-19 et mesures de relance économique

Prolongation et modification des programmes de subvention — Le gouvernement propose d’apporter un certain nombre de changements à la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC), à la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer (SUCL) et à la mesure d’Indemnité de confinement, notamment :

  • ces programmes seront prolongés, après le 6 juin, jusqu’au 25 septembre 2021;
  • les taux de la SSUC et de la SUCL seront graduellement réduits, jusqu’à l’élimination progressive de ces programmes;
  • les employeurs devront avoir subi une baisse de revenus de plus de 10 % pour y être admissibles, et ce, à compter du 4 juillet;
  • la SSUC continuera d’être offerte pour les employés en congé payé jusqu’au 28 août 2021;
  • une disposition sur l’achat de biens d’entreprise, semblable à celle prévue par la SSUC, sera ajoutée à la SUCL.

Nouveau Programme d’embauche pour la relance économique du Canada proposé (PEREC) — Ce programme, qui est une solution de rechange à la SSUC et qui vise à encourager l’embauche, permettrait à certains employeurs de demander une subvention pour six périodes comprises entre le 6 juin et le 20 novembre 2021. Ce programme prévoit notamment ce qui suit :

  • les employeurs admissibles seraient des sociétés privées sous contrôle canadien (SPCC), des particuliers, des organisations sans but lucratif, des organismes de bienfaisance enregistrés et certaines sociétés de personnes;
  • la subvention s’appliquerait à la rémunération supplémentaire au taux de 50 % pour les trois premières périodes, puis serait réduite à 40 %, à 30 % et à 20 % respectivement pour les trois dernières périodes;
  • la rémunération hebdomadaire admissible pour chaque employé serait limitée à 1 129 $;
  • le seuil de la baisse des revenus de la SSUC, de même que d’autres conditions, serait appliqué pour déterminer l’admissibilité.

Passation en charges immédiate — Le budget propose de permettre aux SPCC de passer en charges immédiatement certaines immobilisations acquises à compter du 19 avril 2021 et mises en service avant le 1er janvier 2024. La déduction est limitée à 1,5 million de dollars par année et devra être répartie entre les membres associés d’un groupe de SPCC.

Traitement fiscal de prestations pour la COVID-19 — Le budget propose une modification permettant aux particuliers de demander une déduction au titre du remboursement d’un montant de prestation pour la COVID-19 soit pour l’année de réception du montant ou pour celle de son remboursement. Le particulier qui a déjà produit sa déclaration peut demander à l’Agence du revenu du Canada (ARC) d’effectuer un ajustement. Cette option serait offerte pour les montants de prestations remboursés à tout moment avant 2023.

Autres mesures fiscales visant les sociétés et les petites entreprises

Réduction des taux d’imposition pour fabricants de technologies à zéro émission — Selon cette proposition, des taux d’imposition réduits pourront être appliqués comme suit sur le revenu de fabrication et de transformation de technologies à zéro émission : 7,5 % pour les sociétés en général, et 4,5 % pour les sociétés admissibles à la déduction accordée aux petites entreprises. Les taux réduits s’appliqueraient aux années d’imposition commençant après 2021 et seraient progressivement éliminés à compter de 2029.

Déduction pour amortissement (DPA) pour le matériel de production d’énergie propre — Les catégories de biens 43.1 et 43.2 du régime de la DPA seront élargies afin d’inclure de nouveaux types d’immobilisations, et les critères d’admissibilité seront modifiés.

Restrictions applicables à la déductibilité des intérêts — Le budget propose, pour les sociétés, les fiducies, les sociétés de personnes et les filiales, de limiter la déduction des dépenses en intérêts au bénéfice avant intérêts, impôts et dotations aux amortissements (BAIIDA) fiscal. La déduction maximale sera limitée à 40 % du BAIIDA pour les années d’imposition commençant le 1er janvier 2023 ou après cette date, mais avant le 1er janvier 2024, et à 30 % pour les années suivantes. Des exemptions s’appliqueront aux SPCC et leurs sociétés associées qui ont un capital imposable inférieur à 15 millions de dollars et aux groupes de sociétés et de fiducies dont le total des dépenses nettes en intérêts est de 250 000 $ ou moins.

Consultations sur les prix de transferts — Le gouvernement a annoncé qu’il prévoyait lancer des consultations sur les règles applicables aux prix de transfert, dans le but de protéger l’intégrité du régime fiscal tout en préservant l’attrait du Canada comme destination de nouveaux investissements et de nouvelles activités commerciales.

Modifications visant l’impôt sur le revenu des particuliers

En plus des modifications décrites précédemment concernant les remboursements de montants de prestations pour la COVID-19, voici d’autres modifications visant l’impôt sur le revenu des particuliers :

  • changements apportés aux critères d’admissibilité au crédit d’impôt pour personnes handicapées, qui semblent fournir plus de clarté sur certains aspects du crédit;
  • élargissement de l’accès au volet voyage des déductions pour les habitants de régions éloignées;
  • inclusion du revenu de bourses de perfectionnement postdoctorales dans le << revenu gagné » aux fins d’un régime enregistré d’épargne-retraite;
  • bonification de l’Allocation canadienne pour les travailleurs par accroissement des seuils de réduction progressive et des taux d’application progressive, et par l’introduction d’une << exemption pour le second titulaire de revenu de travail ».

TPS/TVH et autres impôts indirects

Application de la TPS au commerce électronique — Le gouvernement fédéral a confirmé que les propositions devant s’appliquer à la TPS/TVH perçue sur les transactions de commerce électronique entreront en vigueur le 1er juillet 2021. D’autres modifications proposées ont été annoncées dans le budget en réponse aux commentaires formulés par les intervenants, y compris CPA Canada. Voici un aperçu des modifications proposées :

  • instauration d’une règle refuge visant à protéger les exploitants de plateforme agissant de bonne foi ou ayant reçu de faux renseignements ou des renseignements trompeurs par des tiers;
  • modification visant à préciser que les fournisseurs inscrits aux fins de la TPS/TVH en vertu du cadre simplifié peuvent déduire les montants des créances irrécouvrables et certains remboursements provinciaux au point de vente de la TVH;
  • non-inclusion des fournitures détaxées dans le calcul du montant déterminant de 30 000 $ aux fins d’inscription;

lorsque les entreprises et les exploitants de plateforme touchés montrent qu’ils ont pris des mesures raisonnables, mais qu’ils ne peuvent pas respecter leurs nouvelles obligations pour des raisons opérationnelles, l’Agence adoptera une approche pratique en matière de conformité et exercera son pouvoir discrétionnaire dans l’administration de ces mesures pendant la première année.

Documentation des crédits de taxe sur les intrants (CTI) — En vertu des règles de la TPS, les exigences en matière de renseignements et de documentation s’appliquent aux inscrits qui ont le droit de demander des crédits de taxe sur les intrants. Ces exigences sont échelonnées sur une base progressive, en fonction de seuils de 30 $ ou de 150 $. Le budget propose d’accroître ces seuils à 100 $ et à 500 $ respectivement, et de permettre aux agents de facturation d’être traités comme des intermédiaires pour l’application de ces règles.

Taxe sur les services numériques — Le gouvernement a réitéré son intention de mettre en œuvre une taxe de 3 % sur les services numériques de grandes entreprises, qui s’appliquerait à compter du 1er janvier 2022 jusqu’à l’entrée en vigueur d’une approche multilatérale acceptable.

Taxe sur les immeubles résidentiels considérés comme vacants — Le gouvernement a annoncé son intention de mettre en œuvre une taxe annuelle de 1 % sur la valeur des biens immobiliers résidentiels appartenant aux non-résidents et aux non-Canadiens qui sont considérés comme vacants ou sous-utilisés, qui s’appliquerait à compter du 1er janvier 2022. En vertu de cette taxe, tous les propriétaires autres que les citoyens canadiens ou les résidents permanents du Canada devront produire une déclaration concernant l’utilisation actuelle du bien. Des sanctions importantes seront imposées à ceux qui ne le feront pas.

Taxe sur les biens de luxe — Le budget propose d’instaurer une taxe de luxe sur certains biens, qui entrerait en vigueur le 1er janvier 2022. Pour les véhicules et les aéronefs dont le prix est supérieur à 100 000 $, le montant de la taxe serait le moins élevé de 10 % de la valeur totale du véhicule ou de l’aéronef, ou de 20 % de la valeur supérieure à 100 000 $. En ce qui concerne les bateaux dont le prix est supérieur à 250 000 $, le montant de la taxe serait le moins élevé de 10 % de la valeur totale du bateau ou de 20 % de la valeur supérieure à 250 000 $. Des exemptions sont prévues et des précisions seront communiquées.

Autres changements touchant des impôts indirects — Le budget propose également d’autres changements :

  • modification des conditions d’admissibilité au remboursement de la TPS sur les achats d’habitations neuves;
  • augmentation des droits d’accise sur le tabac;
  • mise en œuvre de droits d’accise sur les produits de vapotage;
  • modification de la Loi sur les douanes afin d’améliorer la perception des droits et des taxes sur les marchandises importées.

Changements visant l’administration fiscale

Changements touchant les mesures anti-évitement — Le gouvernement fédéral propose plusieurs initiatives liées aux mesures anti-évitement, dont les suivantes :

  • élargissement des règles de divulgation obligatoire existantes et instauration de nouvelles règles, y compris l’obligation de déclarer les opérations à signaler et les traitements fiscaux incertains, sous réserve d’un processus de consultation devant prendre fin le 3 septembre 2021;
  • mise en place de règles anti-évitement pour les contribuables qui tentent de déjouer les efforts de l’ARC en vue de percevoir les impôts – ces règles entrent en vigueur le 20 avril 2021;
  • révision la règle générale anti-évitement, comme le gouvernement l’a déjà annoncé;
  • instauration de nouvelles règles visant à contrer les dispositifs hybrides que sont les régimes fiscaux transfrontaliers – ces règles prendront effet par étapes à compter du 1er juillet 2022.

Autres changements proposés visant l’administration fiscale — D’autres modifications sont proposées concernant l’administration fiscale du Canada, notamment celles-ci :

  • élimination de l’obligation d’apposer une signature manuscrite sur certains formulaires;
  • modification autorisant les émetteurs de déclarations de renseignements, comme les feuillets de revenus T4A et T5, à transmettre ces feuillets par voie électronique sans utilisation d’un formulaire papier;
  • abaissement des seuils à partir desquels est exigée la transmission par voie électronique de certaines déclarations et de certains formulaires;
  • obligation de production par voie électronique des déclarations de TPS/TVH pour la plupart des sociétés et des inscrits aux fins de la TPS/TVH; mise à la disposition de l’ARC de davantage de ressources pour la réalisation de diverses initiatives, notamment la lutte contre les stratagèmes de planification fiscale abusive, la protection des

WordPress Video Lightbox Plugin